Équilibre de la ménopause

La ménopause est un phénomène naturel, il correspond à l’arrêt de la production d’hormones (œstrogènes et progestérone) par les ovaires. La ménopause se produit entre 40 et 55 ans. En France, 7 % des femmes de 40-44 ans et 83 % des femmes de 50-54 ans sont ménopausées (source INSERM). La moyenne d’âge se situe aux alentours de 51 ans. Ces modifications hormonales s’accompagnent de troubles plus ou moins durables, différemment ressentis d’une femme à l’autre.

Il existe par contre des risques associés qui, sur le long terme, peuvent altérer considérablement la qualité de vie : ostéoporose et maladies cardiovasculaires.

L’espérance de vie est de 85 ans, cela signifie qu’une femme vivra 1/3 de sa vie en situation de post ménopause. Il est donc important de prendre en compte à la fois les troubles transitoires et les risques à long terme afin que les femmes puissent profiter au maximum de toutes ces belles années.

Ménopause : les troubles transitoires

Les plus handicapants

Bouffées de chaleur

Liées à la chute du taux d’œstrogènes, les bouffées de chaleur se traduisent par une impression de chaleur, une rougeur du visage qui peut s’étendre sur le tronc, une transpiration importante parfois suivie de frissons. Lorsque les sueurs nocturnes sont abondantes elles peuvent entrainer une perte de minéraux, le sommeil n’est plus réparateur ce qui provoque fatigue et irritabilité.

Leur intensité varie d’une femme à l’autre mais 65 % des femmes âgées de 50 à 55 ans disent avoir souffert de bouffées de chaleur. Pour certaines les troubles cessent après quelques mois mais cela peut durer plusieurs années. 15 % des femmes de 75 ans sont toujours handicapées par ce trouble.

Sécheresse vaginale

Les sécrétions qui accompagnaient l’ovulation disparaissent La muqueuse devient plus sèche, plus fine et plus fragile. En cas de rapports sexuels les sécrétions sont moins abondantes et plus longues à se déclencher ce qui rend les relations quelquefois douloureuses parfois impossibles.

La flore vaginale se modifie également, l’acidité du milieu qui protégeait des infections diminue. Après la ménopause les femmes sont plus sensibles aux infections et aux inflammations de la sphère vaginale.

Ce problème induit souvent une baisse de la libido associée à un état dépressif qui n’est pas sans incidence sur l’harmonie du couple.

Troubles urinaires

Les modifications au niveau du vagin et de l’utérus (diminution du volume) peuvent se traduire par des troubles urinaires : incontinence, envies d’uriner fréquentes et impératives.

Les autres manifestations possibles

Troubles de l’humeur, dépression
L’arrêt des règles est un soulagement pour certaines femmes. D’autres vivent cette étape comme la fin de leur féminité, le signe que la vieillesse est là. Si, de plus, les rapports deviennent douloureux la ménopause est associée avec la fin de la sexualité.

La dépression qui survient au moment de la ménopause est liée, d’une part, aux modifications hormonales mais essentiellement au ressenti sur le plan psychologique.

Insomnie

Équilibre de la ménopauseLes sueurs nocturnes sont responsables d’un mauvais sommeil. L’anxiété et la dépression provoquent également des réveils nocturnes.

Avec l’âge notre horloge biologique se modifie. L’important est de veiller à respecter son propre rythme veille-sommeil.

Les modifications physiques

Prise de poids

La prise de poids n’est pas systématique mais la répartition des graisses se fait différemment. Le surplus s’accumule au niveau du ventre, la taille s’épaissit, les bras deviennent moins fermes.

Peau et cheveux

Les œstrogènes favorisent l’hydratation de la peau et la fabrication du collagène qui constitue la structure principale de la peau et des phanères (cheveux et ongles). La baisse du taux d’œstrogènes à la ménopause est à l’origine de la perte d’élasticité de la peau.

Les cheveux deviennent plus fins, moins fournis. Chez certaines femmes le taux d’hormones mâles élevé n’est plus contrebalancé par les hormones féminines et les cheveux se dégarnissent sur le haut de la tête et les tempes. Elles peuvent développer également une pilosité au niveau de la lèvre supérieure, le menton et les joues.

Poitrine

Les glandes ne sont plus stimulées par les hormones, elles diminuent de volume donc les seins peuvent perdre de leur fermeté.

Ménopause : les risques associés sur le long terme

Ostéoporose

Le renouvellement du tissu osseux ralentit dès 30 ans. Chez la femme, du fait de la baisse d’œstrogènes, la perte de densité osseuse s’accélère à la ménopause.

L’ostéopénie est la diminution de la densité osseuse, signe normal de vieillissement.

L’ostéoporose est un stade plus avancé avec risque de fracture. En général elle se manifeste 5 à 7 ans après la ménopause. Contrairement aux idées reçues la fracture du poignet ou le tassement vertébral sont les premiers signes. La fracture du col du fémur survient, en général après 70 ans. Sur 10 millions de femmes 25 % souffrent d’ostéoporose.

Les facteurs qui favorisent l’ostéoporose sont : la génétique, une alimentation carencée en minéraux, carence en vitamine D2, la sédentarité, le tabac et l’alcool.

Maladie cardiovasculaire

Jusqu’à l’âge de la ménopause on constate que les femmes sont moins sujettes aux maladies cardiovasculaires. Il était admis que les œstrogènes jouaient un rôle protecteur mais les dernières études démontrent le contraire. La survenance des règles tous les mois permet un renouvellement du sang et a un effet protecteur. De plus le cholestérol est utilisé pour la fabrication des hormones sexuelles donc la quantité de cholestérol circulant est moins importante avant la ménopause. L’augmentation, avec l’âge, du taux de cholestérol total et du mauvais cholestérol (LDL), du surpoids et de l’hypertension sont, comme pour les hommes, responsables de l’augmentation du nombre d’AVC ou de la formation de plaques de graisse (athérome) dans les vaisseaux.

Comment se maintenir en forme

Après avoir dressé un tableau très sombre des problèmes engendrés par la ménopause il faut insister sur le fait que tous ces maux ne s’abattent pas sur toutes les femmes ménopausées. La façon dont nous abordons cette étape de la vie est déterminante et influe sur les phénomènes physiques.

La femme doit consacrer, sans doute, plus de temps à s’occuper d’elle afin de se maintenir au mieux de sa forme. Il est temps de prendre le temps

Gérer les troubles transitoires

Les phytohormones sont des molécules proches des hormones naturelles que nous produisons. Elles permettent d’équilibrer les désordres hormonaux sans avoir les effets secondaires des hormones de synthèse. L’organisme ne retiendra que ce dont il a besoin. Les phytohormones aident :

  • à réguler les bouffées de chaleur,
  • à favoriser une bonne hydratation des muqueuses et de la peau

La sécheresse vaginale peut être améliorée grâce à des crèmes en application locale.

Un apport en Oméga 3 favorise une amélioration de l’ensemble des muqueuses dont la muqueuse vaginale.

Les troubles urinaires peuvent être contrôlés grâce à une rééducation du périnée. Un kinésithérapeute vous indiquera les mouvements spécifiques à effectuer. Il ne faut pas hésiter à consulter.

2. Maintenir son capital osseux

Alimentation

L’alimentation joue un rôle primordial dans le maintien du capital osseux. Elle doit apporter tous les minéraux, vitamines et protéines indispensables au maintien de la structure de l’os.

  • Fotolia_52727523_XS4 Équilibre de la ménopauseLe calcium assimilable ne se trouve pas dans les produits laitiers même s’ils sont « enrichis ». Les multiples transformations industrielles ont dénaturé minéraux et vitamines. Les meilleures sources de calcium sont les algues très répandues dans la cuisine asiatique mais peu présentes sur les tables occidentales.
  • Le calcium est présent dans les légumes verts  (le chou, brocolis, asperges, épinards, cresson) ; les céréales (avoine), les oléagineux (amandes, noix, noisettes), les légumineuses (haricots, pois chiche) ; les fruits secs (figues, dattes, raisins, abricots) et aussi les oranges, le persil, les graines de sésame.
  • Ce calcium est parfaitement assimilable par le corps humain.
  • Une alimentation trop riche en protéines d’origine animale et en sucre peut entrainer une acidité à l’origine de la déminéralisation. Le retour à l’équilibre acido-basique permet de préserver son capital osseux.

Les compléments alimentaires doivent apporter un calcium naturel donc parfaitement assimilable ainsi que les protéines indispensables à la trame de l’os.

Activité physique

menaupose-sportTous les nutriments nécessaires à l’os sont apportés par le sang. La pratique d’un exercice physique adapté, marche rapide, natation ou jardinage accélère la circulation donc une meilleure irrigation des os.

Des exercices ciblés peuvent aider à améliorer la silhouette et contrer les effets de l’âge.

 

 Veiller à son apparence

Contrôle du poids

Il ne faut pas considérer la prise de poids comme inéluctable. La silhouette se transforme mais il faut éviter les kilos superflus qui vont peser sur les articulations. Beaucoup de femmes seules négligent leur alimentation, se réfugie dans le sucre ou l’alcool afin de compenser le manque affectif. Les kilos en trop sont beaucoup plus difficiles à perdre donc il faut réagir dès que l’augmentation de poids devient régulière.

Prendre soin de sa peau, de ses cheveux

Fotolia_31679985_S-category-senior-peau1-256x160 Équilibre de la ménopauseIl n’existe pas de crème miracle qui fera disparaitre les rides ou de retendre la peau quelque soit la partie du corps concernée. La chirurgie esthétique ou l’injection de substances chimiques sont un véritable traumatisme pour l’organisme qui va régir en fabriquant des radicaux libres capables de détruire encore plus de cellules saines.

Il faut donc nourrir la peau de l’intérieur (voir notre rubrique « Retrouver souplesse et tonicité de la peau »).

Garder le moral

Il y a 50 ans, une femme de 60 ans était avant tout une grand-mère, souvent habillée de noir. L’espérance de vie a progressé et beaucoup de séniors désormais commencent une nouvelle vie à l’âge de la retraite : voyages, nouvelles activités, envie de nouvelles rencontres.

Pour garder le moral il faut rester actif et éviter l’isolement. Accepter les changements ne veut pas dire renoncer à être une « femme ». Toutes les enquêtes le montrent la sexualité, le désir de plaire sont des sentiments qui ne disparaissent pas avec les années. Toutes les femmes ne peuvent pas avoir la silhouette de Jane Fonda mais toutes les femmes doivent apprendre à être bien dans leur peau même après 60 ans. En cas de déprime il ne faut pas hésiter à avoir recours aux alternatives naturelles : plantes, relaxation, sophrologie.

La gamme biophenix est particulièrement adaptée aux seniors

Concentrés, extraits à l’eau et garantis sans aucun solvant, sans excipient ni conservateur, sans colorant, sans sucre ajouté ni maltodextrines, sans aucuns produits chimiques, les principes actifs des complexes biophenix sont parfaitement assimilables car reconnus par l’organisme comme des substances 100 % naturelles.

Nous vous proposons des nutriments 100 % naturels, issus de végétaux dont l’origine biologique est certifiée donc que vous pouvez consommer en toute confiance.

EQFEMININO Équilibre de la ménopause

  • Équilibre Féminin Duo après analyses sanguines et avec l’appui d’un thérapeute. Les phytohormones peuvent réduire certains désagréments liés à la ménopause.
  • Polyphénols AntiOx favorise un ralentissement des processus liés au  vieillissement.
  • Équilibre Ostéo favorise le maintien du capital osseux.
  • Équilibre Humeur permet un retour à l’équilibre nerveux et redonne du tonus.
  • Équilibre pH favorise un retour à l’équilibre acido-basique et une baisse de l’acidité.

Produits associés