Information livraison : changement de tarif (cliquez ici pour en savoir plus)

Mon enfant est-il hyperactif ou simplement turbulent ?

Mon enfant est-il hyperactif ou simplement turbulent ?

Le stress : mal du siècle chez l'adulte ? l'hyperactivité : mal du siècle chez l'enfant ?

Pour assurer le calme dans leur classe, beaucoup d'enseignants ont pris l'habitude d'inciter les parents à consulter un psychologue ou un généraliste dès qu'un enfant perturbe le bon déroulement de la journée par son comportement. De même, devant la difficulté de pouvoir contrôler et gérer leur enfant plein de vitalité, le plus souvent par manque de temps ou parce qu'ils sont eux même préoccupés par les problèmes professionnels ou matériels, les parents vont alors consulter un médecin qui prescrira comme unique solution miracle un produit appartenant à la classe des amphétamines : la Ritaline.

Censée réguler l'hyperactivité et le déficit d'attention chez les enfants, la Ritaline est prescrite par millions de doses. L'industrie pharmaceutique a en effet réussi à imposer le dogme de l'hyperactivité : à force de propagande bien ciblée, l'idée est aujourd'hui communément admise qu'un enfant très turbulent est un enfant malade ! La part d'enfants et d'adolescents qui ont pris de la Ritaline, ou un produit équivalent, a bondi de 40% en Suisse entre 2005 et 2008. Les prescriptions ont également progressé de façon alarmante en France.

L'hyperactivité est une véritable pathologie qui résulte d'un dysfonctionnement du système nerveux. Elle nécessite donc un suivi médical et psychologique par des spécialistes car l'enfant vit un véritable cauchemar : conflit avec les enseignants, avec ses camarades de classe, au sein de la famille et souvent rejet et exclusion du groupe. Mais les symptômes ne sont pas vraiment spécifiques : agitation, déficit de l'attention, impulsivité. Il est très difficile de distinguer un enfant agité ou énergique d'un enfant qui souffre réellement d'hyperactivité.

L'agitation, chez l'enfant, traduit le besoin de s'exprimer, cela fait partie du développement normal du petit homme qui a besoin d'explorer, de se confronter, afin de connaître ses limites. Il faut savoir que les enfants difficiles sont pleins d'énergie, d'obstination et d'opiniâtreté. Ce sont en général des enfants intelligents qui se fixent des objectifs précis qu'ils poursuivent avec succès. Il faut juste canaliser cette énergie et se poser quelques questions avant d'avoir recours aux calmants.

Pourquoi nos enfants semblent-ils plus « difficiles » à gérer ?

Modifications du mode de vie

Les enfants sont maintenant scolarisés très tôt. Dès la crèche et la maternelle, on leur demande de « tenir en place ». Et pourtant, le nombre d'enfants séjournant dans la même pièce n'est pas propice au calme. De retour à la maison, il a besoin de se « défouler », de laisser exploser cette énergie contenue pendant la journée. Un certain temps lui est nécessaire avant de se poser.

Dès le plus jeune âge, les adultes considèrent que les enfants doivent être stimulés. Les jeux éducatifs s'adressent maintenant aux plus petits. Les chaînes de télévision proposent des programmes spécifiques pour enfants dès 7h du matin. Nos enfants sont donc plus éveillés, ce dont nous sommes fiers, mais considèrent très tôt qu'ils ont le droit d'exprimer leur opinion. Les parents, qui travaillent toute la journée ou qui sont confrontés à des difficultés matérielles ou professionnelles, n'ont souvent plus l'énergie nécessaire pour entrer en conflit avec leurs enfants.

L'agitation est quelquefois un moyen de dire je suis là. Les méthodes éducatives, remettant en cause les manifestations de l'autorité parentale, ont influencé toute une génération. Cependant, l’enfant a besoin d’une autorité sécurisante et apaisante. Il exprime parfois ses sentiments à travers son comportement : l'agitation et l'insolence sont une façon de provoquer cette autorité qui le rassure car il a besoin de se sentir en sécurité et protégé.

Modifications de l'alimentation

De récentes études ont montré l'impact de l'alimentation sur le comportement des enfants. Même si ce n'est pas la seule raison de l'agitation, il faut en tenir compte. Une alimentation trop riche en sucres, en viande, en plats cuisinés industriels riches en colorants et additifs de toute nature est à l'origine de carences, de surcharges et de troubles de la flore intestinale. Ce déséquilibre des systèmes digestif et nerveux explique, en partie, l'agitation.

Comment aider nos enfants ?

Assurer un rythme de vie équilibré

Un enfant a besoin d'un équilibre entre veille et sommeil. En effet, respecter ses heures de coucher et réveil est primordial. Il est également important de prendre des repas à heures fixes. Un enfant a besoin d'exercice, de s'oxygéner. Il faut donc essayer de lui trouver une activité physique qui lui convienne et prévoir des sorties à l'extérieur s'il pratique un sport en salle. Il pourra, à travers le sport, exprimer son surplus d'énergie et apprendra également à canaliser cette énergie.

Veiller à l'équilibre de la flore intestinale

Une alimentation trop riche en sucres perturbe grandement l'équilibre de la flore intestinale. Les additifs provoquent les intolérances alimentaires. Ils sont également responsables des irritations de la paroi intestinale. Plusieurs études scientifiques ont démontré que le fait de bannir les aliments responsables des intolérances est souvent accompagné d’un retour au calme et d'une amélioration des résultats scolaires. Un apport en probiotiques naturels favorisent un retour à l’équilibre des différentes flores digestives.

Adopter une alimentation saine

  • Rôle des colorants et additifs

Entre la nourriture des collectivités et les plats cuisinés qui facilitent la vie des mamans qui travaillent, l'enfant consomme une quantité impressionnante d'additifs et de colorants. En 2004, une étude a montré qu'en supprimant les colorants de l'alimentation des enfants, le comportement des enfants agités ou hyperactifs s'améliorait. Ces colorants sont utilisés pour la confection de plats industriels, mais également abondants dans les sucreries, gâteaux et les sodas dont raffolent les enfants.

  • Pauvreté des aliments issus de la culture industrielle

Manger 5 fruits et légumes par jour, tel est le slogan que nous rappellent les spots diffusés à la télévision. Malheureusement, les fruits et légumes disponibles dans les grandes surfaces, à des prix abordables, sont le plus souvent issus de la culture intensive donc chargés en pesticides, engrais et pauvres en vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels, nutriments indispensables au bon développement de l'équilibre nerveux de l'enfant : etc. Il est donc préférable de privilégier des produits de qualité, biologiques si possible, même si leur prix ne permet pas une consommation quotidienne.

Chez certains enfants agités, on note une carence en fer. Il faut donc explorer cette piste et apporter un complément 100% végétal et bio, qui rééquilibre le niveau de fer sans effets secondaires au niveau intestinal. Équilibre Fer est parfaitement bien toléré par les enfants dès le plus jeune âge.

Une carence en magnésium conduit à un déséquilibre du système nerveux. Une supplémentation chez l'enfant agité, en Magnésium bio 100% végétal, peut aider à réduire les problèmes de comportement. Les Vitamines B bio et 100% naturelles favorisent un retour à l’équilibre du système nerveux.

  • Acides gras Oméga 3, essentiels à l’équilibre

Beaucoup de friandises et de gâteaux sont préparés avec des huiles de mauvaise qualité. Les plats tout préparés, les pizzas que les enfants plébiscitent, sont riches en graisses saturées. Or, notre cerveau a besoin d'acides gras de type oméga 3, 6, 9 pour se constituer et pour fonctionner correctement.

Les acides gras essentiels Oméga 3 sont importants pour la construction de la membrane des cellules de notre cerveau. Plus cette membrane est de qualité, plus elle sera souple et laissera passer les nutriments indispensables au bon fonctionnement du cerveau. L'enfance est une période d'apprentissage, le cerveau accumule une multitude d'informations, il est sollicité à chaque minute.

À l'école on demande à l'enfant de se concentrer. L'enfant agité a le plus souvent des difficultés de concentration, un apport en Oméga 3 DHA peut donc l'aider à améliorer ses performances scolaires. Il faut choisir des huiles biologiques de noix ou de colza pressées à froid car beaucoup de produits commercialisés actuellement ne correspondent pas aux exigences de qualité indispensables. Ces recommandations sont souvent difficiles à appliquer.

Très souvent, le repas est un des combats quotidiens, usant pour la famille. Pour avoir un peu de paix, les parents abandonnent car l'enfant agité a du mal à rester à table. Il perturbe les repas et cela se termine souvent par des conflits car il n'accepte qu'un nombre limité d'aliments. Il refuse tout ce qui est nouveau. Cette attitude, vis-à-vis de la nourriture, peut avoir des conséquences graves. Une alimentation déséquilibrée entraîne un retard de croissance et des carences qui vont accentuer le problème d'agitation.

À lire aussi



Pour vous aider